Photos aériennes La Mazelle 032

 

 

La Mazelle

Une histoire de vignerons inlassablement à la recherche de l’excellence

Une folle aventure, riche de toutes les personnalités qui la vivent et la rendent possible

Un projet généreux aux visées éducatives, sociales et humanitaires

 

*

Le Vignoble est planté au cœur d’un domaine d’une très grande beauté.

Les propriétaires, le Baron et la Baronne Henry de Radzitzky d’Ostrowick et leurs enfants, ne cessent d’enrichir la propriété de nouvelles plantations, créant des paysages dont la palette de couleurs et les points de vue permettent des flâneries enchanteresses.

Les ceps ont été plantés sur un coteau orienté plein Sud, par le précédent propriétaire du domaine, Monsieur Hermann Willems, en 2001.

Parmi les 5 cépages que celui-ci avait choisis, les actuels propriétaires en ont sélectionné deux, les plus en harmonie avec le terroir schisteux de La Mazelle : le Pinot noir et l’Auxerrois.

*

Le vignoble couvre 1 ha. Une telle surface est trop petite pour poursuivre une visée lucrative, si l’on doit engager du personnel. La famille s’est dès lors retroussé les manches, avec une joyeuse équipe de bénévoles, pour relever le défi d’effectuer eux-mêmes tous les travaux de la vigne, de la viticulture à la vinification. Ils consacrent avec enthousiasme de nombreux weekends à leur nouveau “métier” de vignerons (Agenda).

La passion les habite et ils ont à cœur de toujours progresser et de produire des vins de qualité.

C’est ainsi qu’une association sans but lucratif a été créée en 2007. L’un des buts sociaux poursuivi est la recherche de la convivialité autour de cette passion viticole.

Ses statuts prévoient en outre que les bénéfices dégagés par la commercialisation du vin produit par le vignoble, sont destinés à soutenir des projets humanitaires et sociaux.

*

A l’heure actuelle, l’asbl Le Vignoble de La Mazelle soutient les projets d’éducation aux développements parrainés pas l’asbl ASMAE (www.asmae.org). Cette asbl travaille en lien avec des partenaires locaux au Sénégal et au Maroc, notamment.

Grâce à ASMAE, des jeunes de Belgique ont l’opportunité de partir en été rejoindre des jeunes de là-bas, pour travailler ensemble à un projet concret. C’est l’occasion d’apprendre le respect mutuel dans la différence des cultures.